La bague marocaine, un bijou conçu par des artisans au savoir-faire unique !

La bague marocaine incarne une tradition ancestrale aujourd’hui reconnue dans le monde entier. Quelle est son histoire, quelles sont ses particularités et quels types de bagues peut-on trouver ?

La bague marocaine : un héritage ancestral juif

La création de bijoux marocains, notamment celle des bagues, est basée sur un savoir-faire ancestral. Selon Léon l’Africain, diplomate et explorateur d’Afrique du nord du XVème et XVIème siècle, à Fès, les artisans de confession juive étaient les seuls à pouvoir manier les métaux et pierres précieuses. La religion musulmane interdisait la vente d’objets permettant de faire beaucoup de profit. Cet acte était alors considéré comme blasphématoire.
Cependant, dans certaines régions berbères méridionales, comme Tiznit, Tahala et Tafraout, quelques bijoutiers musulmans travaillaient avec les artisans juifs. Dans d’autres villages ruraux du Maroc, les bijoutiers s’approvisionnaient chez les artisans des hameaux juifs. Ils transformaient ces matières premières en parures pour les tribus voisines, tout en respectant les formes traditionnelles de chacune.

L’argent : matériau privilégié de la bague marocaine

bague marocainePour sa couleur blanche, l’argent a été longtemps considéré au Maroc comme un matériau synonyme de pureté. Aujourd’hui encore, il est perçu comme l’un des symboles de la bijouterie marocaine. Les techniques utilisées pour la confection d’une bague marocaine sont d’une extrême simplicité.
Au nord et au sud-est de l’Atlas, l’argent était moulé pour donner naissance à des modèles de bagues robustes ayant ornées de gravures artisanales qui font la particularité de ce bijou.
Chez les Imerhane et les Aït Ouaouzguit, une autre technique était employée pour la décoration des bagues : le filigrane : des inscriptions raffinées qui portent les traces de l’héritage berbère.
A Tiznit, dans l’anti-Atlas central et occidental, les artisans concevaient les bagues en appliquant la technique du niellage qui consiste à remplir le métal gravé avec un mélange de cuivre, d’argent, de plomb et de borax.

Des bagues marocaines colorées dans les grandes villes du Maroc

Les matériaux et les techniques employées dans les régions du Nord, notamment à Fès et Meknes, étaient complètement différents de celles employées au Sud. Même si elles portent aussi les traces de la tradition berbère, elles se distinguent par la noblesse des matériaux utilisés comme l’or et l’argent doré. On est bien loin des couleurs cuivrée ou métalliques qu’on trouve dans les régions du Sud.
Les artisans du Nord employaient la technique du découpage à claire-voie de la plaque métallique et celle de la ciselure. Ce travail rappelle inéluctablement celui des objets de décoration issus de la tradition artisanale marocaine. Les bijoux marocains, notamment la bague, sont représentatifs d’une tradition ancestrale qui conserve, encore aujourd’hui une place particulière à l’échelle universelle.